Kit pedagogique

 

 

 


logo multi50 cielavillage




Formule 1… des mers - Olivier Panis embarque sur le multicoque Ciela Village

Thierry Bouchard a embarqué Olivier Panis à bord de son multicoque hier lors du Grand Prix Valdys Multi50 disputé jusqu‘à samedi prochain en baie de Douarnenez. Le dernier français à avoir gagné le Grand Prix de Monaco en Formule 1, en 1996, a complété l’équipage lors de deux manches courues dans le petit temps, pour la première, puis dans une brise plus soutenue dans l’après-midi. De quoi faire fumer les étraves et procurer au champion automobile quelques sensations.

Lire la suite

Le Multi50 Ciela Village au départ de la Drheam Cup - Destination Cotentin

Thierry Bouchard et son Multi50 Ciela Village prendront lundi prochain 23 juillet le départ de la Drheam Cup - Destination Cotentin, en solitaire, à La Trinité-sur-mer. Première épreuve de la saison pour le Multi50 méditerranéen ; première course en solitaire pour ce bateau mis à l’eau il y a moins d’un an ; et à l’arrivée à Cherbourg, une possible qualification pour la Route du Rhum.

Thierry Bouchard vise une qualification pour la Route du Rhum

Le Multi50 Ciela Village vient de faire son retour au bercail ! Après un hiver passé dans le Var où il a subi un important chantier suite à plusieurs avaries de jeunesse lors de la dernière Transat Jacques Vabre, il est arrivé à Port-la-Forêt, à l’endroit même où il fut mis à l’eau en septembre dernier, il y a moins d’un an.

RDR2018

Première course en solitaire sur le nouveau Ciela Village

L’objectif du méditerranéen Thierry Bouchard, au moment de lancer la construction de ce Multi50 dernière génération, était bien la Route du Rhum en solitaire. Il va donc commencer par se qualifier, sur la Drheam Cup Destination Cotentin qui lui en offre l’opportunité. Ce sera pour le skipper varois une première course en solitaire à bord de ce bateau.

« J’ai navigué en mode faux-solitaire lors du convoyage depuis la Méditerranée, discrètement accompagné par mon équipe technique avec qui on optimisait chaque jour les réglages et les manoeuvres. L’objectif de la Drheam Cup Destination Cotentin est de progresser encore sur les manœuvres, de trouver les automatismes. Je ne prendrai pas de risques inconsidérés mais il y a de quoi s’amuser sur ce parcours ! »

Première confrontation des bateaux dernière génération

Cinq skippers prendront le départ de la Drheam Cup Destination Cotentin en Multi50, dont Lalou Roucayrol, Erwan Le Roux, Armel Tripon et surtout Thibaut Vauchel-Camus qui a un bateau de même génération que Ciela Village, dessiné par les mêmes architectes et que Thierry n’a pas encore eu l’occasion de rencontrer sur l’eau : « La confrontation est importante. Nous avons une belle carte à jouer même si les Bretons sont plus habitués que moi à naviguer vers le Fastnet et en Manche. Il faudra être vigilant sur les courants tout autour de la Bretagne et jusqu’à la presqu’île du Cotentin. La course est trop courte pour dormir vraiment ; trop longue pour ne pas dormir du tout. Elle ressemble un peu à une étape du Figaro. Il faudra être dessus tout le temps. On va finir complètement rincés ! ».

Petit temps au programme

La météo promet pour l’instant d’être estivale avec très peu de vent de secteur nord et un faible espoir de pression qu’il faudra aller chercher au Fastnet (sur Irlande).

Après un prologue disputé samedi en baie de Quiberon, le départ de la course sera donné lundi à La Trinité-sur-Mer. Puis les Multi50 laisseront les îles de la Mer d’Iroise à tribord pour se diriger vers le phare du Fastnet (sud Irlande) puis Wolf Rock (pointe sud-ouest de l’Angleterre) et enfin Cherbourg-en-Cotentin où l’arrivée sera jugée à partir du mercredi 25 juillet. Les bateaux auront parcouru 736 milles.

Deux mois de chantier et une saison de fiabilisation avant la Route du Rhum - Destination Guadeloupe

Multi50 Ciela Village – Thierry Bouchard - CP du 6 février 2018

Quatre mois après sa mise à l’eau et avec une Transat Jacques Vabre sous ses flotteurs, le Multi50 Ciela Village est de retour à Toulon où il fait l’objet de toutes les attentions à la suite de diverses avaries. L’objectif est de remettre à l’eau, fin mars, un bateau flambant neuf et de le fiabiliser complètement avant la Route du Rhum – Destination Guadeloupe.

Lire la suite

Thierry Bouchard et Oliver Krauss contraints à l’abandon

Une fissure constatée sous la coque centrale du multicoque

Au moment de faire une brève escale à Mindelo (Cap-Vert) pour régler des soucis d’électronique, Thierry Bouchard et Oliver Krauss ont remarqué une légère entrée d’eau dans la coque centrale. C’est en arrivant au port qu’ils ont constaté une fissure sous la coque, en avant du puits de dérive, au niveau de l’assemblage des deux demi-coques.
Dans ces conditions, Thierry et Oliver ont pris la décision de ne pas poursuivre la course vers le Brésil et attendent un diagnostic plus précis pour décider des modalités de retour du bateau vers la France.

Le nouveau Multi50 Ciela Village a été mis à l’eau le 4 octobre à Port-la-Forêt et la présence de Thierry et Oliver sur la ligne de départ de la Transat Jacques Vabre était un véritable défi.

Thierry Bouchard : « On avait vraiment envie de faire cette Jacques Vabre qui nous avait bien réussi en 2015 et c’était un excellent moyen de fiabiliser le nouveau bateau, de se confronter aux autres Multi50. Nous avons fait un bon début de course, le bateau va vite. Puis nous avons été un peu handicapés par nos pilotes qui ne fonctionnent plus depuis 6 jours. En ce qui concerne la fissure constatée, nous préférons ne pas prendre de risques en poursuivant notre course, et nous allons rapidement faire un diagnostic. »

Une équipe composée de Fred Bonnet, préparateur du bateau, d’un architecte de VPLP et du constructeur CDK Technologies se rendra sur place dans les prochains jours pour effectuer un premier diagnostic en vue de ramener le bateau dans de bonnes conditions. Une expertise technique plus approfondie sera ensuite réalisée en France.

 

Thierry Bouchard se rendra au Brésil en avion
pour l’arrivée des Multi50

Plus d’informations prochainement

 

TJV 2017 13 nov

Le Multi50 Ciela Village fera une brève escale au Cap Vert

« On va régler nos soucis d’électronique pour repartir avec un bateau à 100 % »

. Plus de pilotes depuis 5 jours et plus de données de vent
. Siège de barre arraché
. Escale à Mindelo (Sao Vicente) demain en début de matinée

Thierry Bouchard et Oliver Krauss ont pris cette nuit la décision de s’arrêter brièvement au Cap Vert pour tenter de régler les soucis d’électronique et d’informatique qui handicapent depuis plusieurs jours leur descente vers le Brésil. Ciela Village, le premier Multi50 conçu avec des foils, a été mis à l’eau il y a cinq semaines seulement. Sa présence sur la Transat Jacques Vabre est un défi.

TJV17 11 nov

« Nous avions vraiment envie de faire cette Transat Jacques Vabre, même si c’était un énorme défi pour nous. On savait au départ que toutes les installations à bord n’étaient pas fiabilisées mais on est vraiment contents d’être là aujourd’hui. L’idée c’est de s’arrêter le moins longtemps possible à Mindelo et de repartir à 100 % », résume Thierry Bouchard.

Les 48 premières heures de course ont démontré le potentiel d’un bateau bien né, dont Thierry et Oliver découvrent le mode d’emploi. Puis les pilotes automatiques ont rendu l’âme. « Le bateau s’est mis à faire de grandes embardées. Il devenait incontrôlable sous pilote. Donc depuis mardi, nous barrons 24 h/24. C’est même très compliqué de réveiller l’autre quand on doit manœuvrer sur le pont car on ne peut pas lâcher la barre un seul instant ! On ne peut pas régler le bateau ni manœuvrer quand on est seul dehors, surtout que le bateau est hyper réactif et que les conditions sont plutôt musclées depuis le départ avec beaucoup de mer », explique Thierry.

Les données de vent indispensables, surtout la nuit

Mercredi, le capteur d’angle de mât a cassé. « Nous n’avons donc plus de données de vent fiables. La nuit surtout, on ne sait pas d’où vient le vent. Dans ces conditions, c’est difficile d’être performants, on n’avance pas. C’est vraiment frustrant d’avoir un bateau rapide et de ne pas pouvoir l’utiliser à 100 %. », estime Thierry.

Mercredi également, l’écran de l’ordinateur a explosé dans un choc. Le bateau ne reçoit donc plus de fichiers météo, et ne peut plus communiquer que par téléphone avec le routeur, Xavier Macaire. « On s’organise bien comme cela, c’est plus compliqué mais ce n’est pas pour cela que l’on s’arrête. »

Enfin, le siège de barre bâbord s’est arraché. « On a barré debout toute la nuit, en s’accrochant comme on pouvait, au winch, à la barre. Ça secouait vraiment. Et on va rester sur ce bord jusqu’au Brésil !!! », raconte Oliver.

La bonne nouvelle, c’est que le bateau va très vite. « Il se comporte très bien. Il va vite ! Nous avons seulement constaté une légère avarie sur l’amure de gennaker. Nous ferons un état des lieux plus précis au Cap Vert pour s’assurer que ce n’est pas structurel » note Thierry qui avait terminé 2ème de la dernière Transat Jacques Vabre avec Oliver Krauss à bord de l’actuel Drekan Groupe. « Ce ne sont pas les mêmes bateaux. Le nouveau est beaucoup plus réactif, plus puissant. On doit apprendre à s’en servir et il nous faut tous les outils pour être à l’attaque et pouvoir ainsi le fiabiliser… »

A Mindelo, Thierry et Oliver seront accueillis par Antonio Pedro da Cruz, qui les avait déjà aidés lors de leur escale en 2015. Fred Bonnet, préparateur du bateau et Michel Milanèse, électronicien, seront à Mindelo dès la nuit prochaine. Ciela Village devrait arriver dans le port capverdien demain en début de matinée.